Silice cristalline : Le masque respiratoire est nécessaire

Silice cristalline : Le masque respiratoire est nécessaire

8/29/2016

Attention : cancer possible!

La silice est le minerai le plus répandu de la croûte terrestre. Le quartz, forme cristalline la plus abondante, est retrouvé dans différents minéraux, dont le granite et le sable. La silice cristalline est présente dans différents matériaux manipulés tels le ciment, le mortier, la brique, le béton et la pierre. Les travaux impliquant ces matériaux, soit par concassage, sciage ou meulage, favorisent la présence de poussière en suspension dans l’air. Sans masque de protection respiratoire, l’inhalation de ces fines particules peut causer des maladies des voies respiratoires graves et invalidantes telles que la silicose et le cancer du poumon. Le centre de recherche sur le cancer (CIRC) a classifié la silice cristalline comme un cancérigène pour l’humain.

Les 7 métiers les plus à risque

Une étude de Carex Canada, une entreprise de surveillance des cancérogènes professionnels, a estimé à 349 000 le nombre de travailleurs canadiens exposés à la silice cristalline, toutes industries confondues. Ce nombre imposant se retrouve au premier rang pour les travailleurs exposés :

  • à la poussière de bois : 293 000
  • à l’amiante : 152 000
  • au formaldéhyde 42 000

Les métiers les plus touchés sont les travailleurs sous-terrain, les cimentiers applicateurs, les briqueteurs-maçons, les foreurs, les manœuvres spécialisés, les opérateurs d’usines fixes ou mobiles ainsi que les opérateurs d’équipements lourds. Les tâches et les outils les plus exposants sont le sciage de pièces de maçonnerie, le bouchardage, le cassage de pièce de maçonnerie avec marteaux-piqueurs, le meulage de joints brique/pierre. (1)

LA PROTECTION RESPIRATOIRE, c’est sérieux!

Connaissant les effets sur la santé que peut avoir l’exposition à la silice cristalline, il faut utiliser les moyens techniques permettant de réduire l’exposition, même lorsque les valeurs d’exposition permissibles sont respectées. Pour contrer l’exposition des travailleurs, on peut travailler en milieu humide ou capter les poussières à la source par des dispositifs d’aspiration munis d’un filtre haute efficacité. Actuellement, le rendement de ces mesures préventives n’a pas été démontré, c’est pourquoi, un demi-masque respiratoire avec des cartouches et des filtres anti-poussière est nécessaire. (2)

Nos experts sont là pour vous

Pensez-y, vos travailleurs sont-ils à risque?  Quand on voit l’état des nos viaducs, ponts et ouvrages en béton, on constate que l’exposition à la silice cristalline n’est pas prête de disparaître…  Communiquez avec nos spécialistes afin de vous faire conseiller à ce sujet.

  • Exposition des travailleurs de la construction à la silice cristalline – Bilan et analyse de la littérature, IRSST, R-692, mai 2011
  • La silice cristalline : un ennemi sournois. Revue Prévention au travail, printemps 2007, par Julie Mélançon.