12 février 2018

Mines : Détection des gaz et nouvelles normes d’exposition au NO2

Mines : Détection des gaz et nouvelles normes d’exposition au NO2

Le dioxyde d’azote (NO2) est un gaz hautement toxique entrant dans la composition des émissions de moteur diesel et résultant du dynamitage.

Dans le domaine minier, les moteurs diesel produisent du monoxyde d’azote (NO) comme sous-produit de combustion. En présence d’air, le NO réagit presque immédiatement avec l’oxygène pour former du NO2. À l’exception de certains équipements de forage et certaines applications spécialisées, la majorité de l’équipement mécanisé utilisé dans les mines métallifères de nos jours est alimenté par du diesel. Le dynamitage est aussi à l’origine de la production de NO2. Au cours d’une explosion, tous les matériaux explosifs produisent un nuage de substances réactives – la plus toxique d’entre elles est le NO2.

Au Canada, le seuil généralement admis est de 3 parties par million (ppm). On assiste toutefois à une tendance récente qui vise à réduire ce niveau à 0,2 ppm – une valeur 15 fois inférieure à la valeur en vigueur par le passé.

Effet du NO2 sur la santé

Le dioxyde d’azote est quasiment imperceptible pour l’homme. En fonction de la température, le dioxyde d’azote peut se présenter sous la forme d’un solide incolore, d’un liquide jaune ou d’un gaz brun-rougeâtre. Il est plus lourd que l’air, acide, corrosif et oxydant.

Le seuil de perception olfactive des humains concernant le NO2 se situe entre 0,1 et 0,2 ppm, en fonction des conditions. C’est pourquoi les instruments portatifs équipés de capteurs intégrés pour le NO2 deviennent de plus en plus importants dans les mines.

Le NO2 favorise des problèmes respiratoires, une hyper réactivité des bronches et une augmentation de la sensibilité des bronches aux infections microbiennes. L’exposition au dioxyde d’azote peut causer des dommages irréversibles au système respiratoire en cas d’expositions prolongées à des niveaux élevés. L’exposition au NO2 sous forme de gaz liquéfié (haute concentration) peut causer des brûlures sévères de la peau, des yeux et des voies respiratoires.

Se conformer aux nouvelles normes

  1. Analyse des niveaux actuels de NO2
  2. La première étape consiste à déterminer le niveau de NO2 afin de vérifier que l’environnement de travail est conforme à la règlementation en vigueur. Cela comprend la validation des environnements après le dynamitage, la vérification de la ventilation et l’évaluation de l’exposition aux lieux de travail à haut risque.

  3. Identifier et éliminer les sources de NO2
  4. Il est essentiel d’identifier et d’éliminer les plus importantes sources de NO2. Cela peut comprendre, par exemple, l’identification des moteurs les plus polluants et la prise de mesures correctives visant à limiter leurs émissions de NO2.

  5. Surveillance en continu de l’environnement

Après avoir pris des mesures correctives, il est nécessaire de surveiller en permanence l’environnement – en particulier dans les zones dans lesquelles les travailleurs ont plus de chances d’être exposés au NO2, tels que des mineurs travaillant avec ou à proximité de moteurs diesel, dans des zones peu ventilées ou, à proximité d’opérations de cueillette de résidus miniers ou de broyage.

Pour la protection des mineurs contre les gaz toxiques : Détecteur portatif personnel Dräger X-am® 5000 et Dräger X-am® 5600 avec capteur NO2 basse concentration

En se basant sur sa vaste expérience dans l’industrie minière à travers le monde, Dräger a développé une solution efficace et reconnue avec des produits qui contribuent à une surveillance précise des niveaux de NO2 dans les environnements de travail, permettant ainsi de colliger des données qui valident la conformité aux normes.

Optimisé pour la protection personnelle, ce détecteur personnel compact X-am 5000, pouvant mesurer jusqu’à cinq gaz, peut être configuré pour répondre aux besoins spécifiques des opérations minières en sélectionnant parmi 30 différents capteurs électrochimiques. Le X-am 5600 est un détecteur infrarouge personnel capable de détecter jusqu’à six gaz différents. Les deux moniteurs sont compatibles avec le Dräger X-zone® pour assurer une surveillance de zone optimale. En plus des détecteurs à gaz multiples, Dräger offre également des produits pour la cueillette des données à des fins de contrôle et de conformité ainsi que pour une surveillance de la ventilation.

blog comments powered by Disqus
]